Autour de “Soleil de Guerre”

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le travail de Soleil de Guerre, fidèle au parti pris de son auteur de questionner la condition et la dignité de la femme, ne met en scène que des actrices.

Soleil de Guerre questionne l’impossibilité de construire une société juste dans un monde confronté à l’échec des systèmes politiques occidentaux.

Que reste-t-il en l’homme de propice à son développement personnel et social quand se conjuguent en lui la tyrannie de ses appétits égoistes, la rancune engendrée par les injustices subies (à titre privé ou collectif), et le désespoir de constater l’impuissance des états à faire le bonheur des peuples, quand ils ne sèment pas l’épouvante et la mort?

Lorsque sont rompues les digues qui isolent les nations les uns des autres, quel est le devenir des convictions religieuses ou philosophiques en butte au relativisme culturel indispensable à l’ouverture tolérante aux autres modes de pensées? Quelles sont les limites à ne pas franchir pour vivre dans la paix? Y-a-t-il même des limites à définir?

Soleil de Guerre questionne le fondement philosophique et religieux des démocraties occidentales, et leur incapacité à endiguer puis régenter le flot des différences de toutes natures qui déferlent les unes sur les autres, réalisant brassage sans précedent dans l’histoire des civilisations. Au sein de ce fongus où se dissolvent peu à peu des repères fondés depuis des siècles, voire des millénaires, comment prendre en compte la beauté de chacun, son histoire dans ce qu’elle a de plus fécond, ses aspirations à l’unité? Que se passe-t-il quand le référentiel occidental et particulièrement français, qui examine toute société à la lumière de la laïcité et des droits de l’homme, se heurte à d’autres référentiels qui rassemblent des peuples numériquement majoritaires, et animés de convictions inébranlables?

Sur la terre détruite de Soleil de Guerre, deux visions de l’homme demeurent: l’humanisme où l’homme tend la main à l’homme, et l’Alliance, où Dieu tend la main à l’homme. Le monde de l’Amour révélé se retouve face à l’amour désiré, dans un contexte où les visages, dépourvus de tout masque, se rencontrent dans le désir du meilleur et le constat du pire.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »